Humour du soir… à voir

En lisant un billet de Mahie sur le fou-rire, j’ai pensé que cela faisait pas mal de temps que je n’avais pas ri au point d’en pleurer ou même de m’étouffer mais… je me suis tout de même rappelée que pas plus tard qu’hier soir… H2O et moi avions justement beaucoup ri suite à… oh ben mince, impossible de me souvenir du pourquoi du comment on en était arrivé là mais je te jure que c’était drôle.
La preuve, on en riait encore alors même que je faisais la vaisselle ; ce qui, tu l’avoueras n’a vraiment rien de drôle !

Je me suis dit que c’était dommage, ai encore lu quelques billets très recommandables de cette même bloggeuse “stakhanoviste” (elle écrit à un rythme qui m’impressionne et m’empêche de commenter comme je le souhaiterais, faute de temps !) avant de me raisonner et retourner travailler.
Et c’est là que… Eureka.

Lorsque l’on se retrouve le soir H2O et moi, on n’est pas très originaux. Au lieu de se parler d’amour et se nourrir d’eau fraiche, on a plutôt tendance à remplir nos assiettes de trucs rarement préparés avec amour et on parle de travail. Enfin… surtout H2O parce que personnellement, j’ai toujours éprouvé une certaine réticence à parler de mon job lorsque je suis hors contexte.
En revanche, je n’ai aucun problème à écouter les autres parler du leur et ceci est encore plus vrai lorsque c’est H2O qui le fait. J’aime le fait qu’il partage avec moi ses réussites mais aussi ses préoccupations et ses doutes.
J’aime penser que mes analyses et recommandations lui sont utiles.
Jaime que nos discussions nous ouvrent parfois sur des questions ou des thèmes intéressants mais aussi sur des choses décalées et drôles.
Car, même si on parle de choses sérieuses (et parfois même très sérieuses !) et qu’on le fait souvent fort sérieusement (à cause des conséquences), je crois que lui et moi avons en commun le fait de ne finalement jamais nous prendre non plus trop au sérieux !

Au menu d’hier soir, divers thèmes “prise de tête” dont un pas drôle du tout (la fermeture d’une entreprise) et puis quelque chose de plus léger : la nécessité (?) de changer de nom d’une autre société.
Très rapidement, on en arrive bien sûr à la question des noms de domaine.
Manque de chance, le “dot com” (car même si entre nous on parle en espagnol, H2O n’a pas le réflexe de traduire certaines expressions, totalement intégrées pour lui. En l’occurrence, celle-ci, équivalant à notre “point com”) est déjà pris.
Il faudra donc l’acheter en espérant pouvoir arriver à un accord pas trop onéreux ou… se résigner à utiliser une autre extension !

Nous voilà donc à décliner, sans grande conviction, les différentes alternatives : “dot” net, org, biz, es, cat (pour Catalogne) quand soudain H2O a un trait de génie.

Il va écrire à l’ICANN pour demander la création d’une extension dog.
Parce que lui, préfère les chiens et parce qu’un dot.dog, c’est tout de même plus appétissant, non ?

Je sais, c’est bête (sans aucun jeu de mot !) mais cela nous a fait beaucoup rire.
Et c’est bon de rire. C’est comme un soubresaut, un pied de nez que la vie fait à la lourdeur et à la morosité, à la gravité aussi.

Et pour ne pas plomber ce billet en finissant sur ces mots, je vous mets ici une vidéo qui m’a fait pleurer de rire lorsque Chiodo me l’a faite découvrir.

NB culturel: Le fait de toucher ses testicules m’a été confirmé par un autre ami italien. C’est censé leur porter chance !

Publicités

12 réflexions au sujet de « Humour du soir… à voir »

  1. Ca va faire probablement plusieurs années que je n’ai pas eu un fou-rire incontrôlable. Par contre, au boulot, on se marre comme des baleines. Nous sommes confrontés à tant de situations absurdes, plongés dans des contextes tellement crétins et au contact d’utilisateurs parfois un peu, heu, hors-norme par rapport à la matière informatique, sans compter la pesante injustice de la part de notre direction, qu’on se poile bien souvent de toutes ces incohérences. Une sorte de radeau de l’amuse sur la mer démontée de l’imbécillité à perte de vue.

    Si j’ouvrais une entreprise du fou-rire, je demanderais à l’Icann de rajouter l’extension « asme ».
    http://guiliguili.org.asme
    (pas la peine de cliquer dessus, ça ne fonctionnera pas ;-)
    (enfin j’espère)

    • J’ai encore en mémoire mon dernier fou-rire incontrôlable car il me faut bien reconnaître que j’en expérimente malheureusement (?) peu. C’était avec ma soeur Alice, suite à une photo totalement débile de nos pieds ou peut-être plus exactement du surréalisme de cette nuit là. Je crois d’ailleurs en avoir parlé ici.

      En te lisant, j’ai aussitòt repensé à certaines anecdotes que tu avais racontées sur ton blog ainsi que celles contées par mon autre soeur, longtemps été en charge de la maintenance informatique d’un hôpital… Et en pensant à certaines anecdotes (qui doivent certainement correspondre ou se recouper avec quelques unes de tes expériences) je dois reconnaître qu’après un moment d’hésitation (non, tu te moques de moi) puis de consternation, surgissait très rapidement le fou-rire, pas incontrôlable mais qui te fait tout de même pleurer tellement c’est… énorme (comme une baleine, tiens) !

      Le radeau de l’amuse… j’aime beaucoup l’expression car oui, le rire, c’est aussi souvent un moyen de prendre de la distance, de ne pas péter les plombs quand on est confronté aux situations que tu décris, voire à des faits encore plus dramatiques. On garde alors la tête hors de l’eau comme on peut mais il faut bien dire que le rire résonne tout de même différemment et ne parvient pas à laisser la même sensation dans le corps.

      Pas mal ton extension d’autant qu’elle offre bien des déclinaisons… La première qui m’est venue étant sarc. (et il est possible que cela soit dû au fait que j’ai eu le temps ce matin de parcourir certains titres de journaux) et mi.

    • Je crois que c’est effectivement, avec le temps (comme autre antidote), le meilleur que je connaisse. Je n’avais pas songé à ce côté très pratique, peut-être parce que je n’ai pas de double menton ou peut-être au contraire parce que je suis certaine que le rire et mon sourire sont à l’origine des quelques rides que j’ai :D
      Mais tant pis, rions aussi de cela, rions car c’est bon de sentir ce flot de vie et de joie vibrer en nous !

  2. J’ai adoré le sketch. Je me souviens d’un voyage en Italie, c’était le début des téléphones portables. Un Italien marchait tout en causant dans son téléphone, et faisait autant de gestes qu’il en aurait fait s’il avait été en face de la personne. Ca m’avait beaucoup fait rire.

    • Ton commentaire m’a beaucoup fait sourire car il m’a aussitôt ramenée à une conversation que j’ai justement eue il y a peu avec un ami qui a passé beaucoup de temps en Italie (car sa mère y habitait). Il me disait qu’au début des téléphones portables, on pouvait trouver là-bas une multitude de « telefoninos » qui avaient l’apparence de portables mais dont la fonctionnalité se résumait à une touche permettant d’émettre une sonnerie pour faire croire à un appel.
      Du coup, je me dis que tu avais peut-être là une double raison de rire :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s